Traduction

samedi 18 janvier 2014

Chronologie des révélations d'Edward Snowden: Mois d'Octobre

On a eu le droit à du très très lourd au mois de Septembre, autant quantitativement que qualitativement, le magazine "Der Spiegel" étant le plus gros révélateur de secrets en temps normal jalousement gardés. Edward Snowden se montrera de plus en plus insistant au cours du mois d'Octobre, comme je vais vous le montrer.




Mois d'Octobre

  • 4 Octobre: D'après "The Guardian" et Bruce Schneier, expert en sécurité informatique, la N.S.A. et la G.C.H.Q. ont déployé un réseau secret de serveurs sur Internet, le projet portait le nom de "Quantum". Cé réseau permettait d'intercepter les requêtes HTTP envoyées par des "cibles", et bien entendu, il aura fallu le concours de F.A.I. qui ont permis aux agences d'avoir leurs serveurs dans des points "stratégiques" du réseau. Un autre réseau secret, le projet "FoxAcid", permet quant à lui d'injecter des logiciels malveillants dans ces mêmes requêtes afin de les implanter sur les machines "cibles" à l'insu des utilisateurs, c'est la fameuse technique du "man-in-the-middle" décrite dans un précédent article. Par ailleurs, on apprend via "The Guardian" que le réseau Tor, meilleur outils d'anonymisation selon la N.S.A. et financé par le Département de Défense des US, a été espionné par ce qu'on appelle les Five Eyes (N.S.A., G.C.H.Q, D.S.D. (Australie), C.S.T.C. (Canada) et G.C.S.B. (Nouvelle-Zélande)).
  • 6 Octobre: La chaîne de télévision brésilienne "Globo" dévoile à tout le monde qu'une série d'espionnage économique perpétrée par l'un des membres du Five Eyes: le C.S.T.C, le service de renseignements électronique canadien. Un document top secret destiné uniquement aux analystes des Five Eyes mentionne que les communications entrantes et sortantes du ministères ont été espionnées via le programme "Olympia". Comme par hasard, trois des quatre plus grosses entreprises minières mondiales sont canadiennes, allez savoir...
  • 15 Octobre: le "Washington Post" révèle que la N.S.A. a collecté des millions de listes de contacts via les messageries instantanées ou électroniques de presque toutes les plateformes possibles, comme Facebook, Yahoo, Google, Outlook, etc.
  • 17 Octobre: Le Post confirme que la N.S.A. est impliquée dans les attaques de drones de la C.I.A. Les documents secrets fournis par l'ex-agent de la C.I.A. le journal indique que la surveillance numérique effectuée par la N.S.A. a permis de retrouver la trace d'un responsable d'Al-Qaïda, Hassan Ghul, tué plus tard lors d'une attaque de drones au Pakistan. Cette surveillance a été faite par la division T.A.O. qui a utilisé deux techniques vues précédemment: le "Man-in-the-middle" et le programme "Quantum Insert".
  •  20 Octobre: "Der Spiegel", on ne le présente plus, révèle a son tour que la messagerie du président du Mexique, Felipe Calderon, a été espionnée par la N.S.A., en plus de quelques collaborateurs du Secrétariat de la Sécurité Publique du Mexique. Cette opération d'espionnage portait le nom de code "Whitetamale" et a été perpétrée parla division spécialiste en la matière de la N.S.A., la T.A.O. ainsi que par le service conjoint entre la C.I.A et la N.S.A. (Special Collection Service) qui opère depuis l'ambassade américaine à Mexico pour espionner les conversations téléphoniques ainsi que les SMS sur le réseau mobile mexicain.
  • Le 21 Octobre: Le journal français "Le Monde" en collaboration avec le journaliste Gleen Greenwald, révèle l'ampleur de l'espionnage faite par la N.S.A. en France, bien après la révélation de "Der Spiegel" qui n'avait suscité aucune indignation de nos chers politiques. Par ailleurs, le journal français révèle que « quand certains numéros de téléphone sont utilisés dans l'Hexagone, ils activent un signal qui déclenche automatiquement l'enregistrement de certaines conversations. Cette surveillance récupère également les SMS et leur contenu en fonction de mots-clés. Et de manière systématique, la N.S.A. conserve l'historique des connexions de chaque cible ». Le journal indique ne pas avoir d'indication sur l'installation qui est à la source de la communication quotidienne de ces données à la N.S.A. ; cette source pourrait être un opérateur de télécommunications travaillant en France de part la typologie des métadonnées collectées.Enfin, l'article indique que les "cibles" de cette surveillance sont principalement des personnes liées aux activités terroristes, ainsi que les personnes liées au monde des affaires, à la politique ainsi qu'à l'administration française. "Le Monde" publie aussi des diapositives montrant le fonctionnement du programme P.R.I.S.M. qui prouvent que la N.S.A. capte bien en temps réel les données collectées ensuite par la N.S.A.
  • Le 22 Octobre: Ce même quotidien français indique les méthodes utilisées par la N.S.A. pour surveiller la diplomatie en France. D'après des documents fournis par Snowden, les méthodes sont très nombreuses: logiciels espions, surveillance des imprimante, copie des disques durs...), tout est bon pour espionner les diplomates français. Un autre document secret dévoilé par "Le Monde" montre aussi que les données obtenues par l'espionnage des ambassades françaises à l'ONU et Washington ont pu jouer un rôle majeur lors du vote des sanctions contre l'Iran.
  • Le 24 Octobre: "The Guardian" révèle que la N.S.A. a surveillé 35 leaders mondiaux. Un mémo de la N.S.A., confidentiel et gracieusement fourni par Snowden, est une demande faite à de hauts fonctionnaires par exemple de la Maison-Blanche, du Pentagone ou du Département d'Etat, pour qu'ils fournissent à l'agence leurs carnets d'adresses afin de classer les personnalités politiques et militaires dans une liste de personnes à surveiller.
  • Le 25 Octobre: "Le Monde" publie une note interne secrète de la N.S.A. qui évoque une opération de cyber-espionnage subie par la France en mai 2012, date de l'élection du Gouvern...euh, Président de la République. Cette note fait savoir que la France soupçonne la N.S.A., alors que toutes les agences des US et du Royaume-Uni démentent totalement être à l'origine de cette attaque, mais l'auteur de la note fait sous-entendre qu'Israël pourrait en être l'instigateur.
  • Le 26 Octobre: "Der Spiegel" révèle que le téléphone portable de la Chancelière allemande et reine de la compétitivité Angela Merkel est espionné depuis 2002. Le magazine ajoute que des équipes du Special Collection Service existent dans environ 80 ambassades ou consulats à travers le monde, dont 19 en Europe notamment à Paris, Madrid ou même Rome.
  • Le 26 Octobre encore: Un journal allemand, le "Süddeutsche Zeitung", révèle que la France, Israël et l'Italie auraient signé des accords de coopération et d'échange d'informations de manière systématique  avec les Five Eyes, nous y sommes enfin! Ces accords sont désignés par différents noms de code selon le pays signataire ("Lustre" pour la France, "Sardine" pour l'Italie et "Ruffle" pour l'entité sioniste).
  • Le 30 Octobre: Le "Washington Post" confirme que la N.S.A. n'en a rien à faire des lois et des accords. le journal montre comment, sur la base des documents fournis par Snowden, l'agence américaine et la G.C.H.Q., décidément son partenaire préféré de jeu, font pour intercepter les données privées des utilisateurs Yahoo! et Google. Sous le nom de code "Muscular", les deux agences infiltrent les réseaux informatiques internes des deux géants du Web en "écoutant" tout ce qui transite entre les deux différents centres pour mieux récolter. Où est l'illégalité? Vu que chacun de ces centres se situe sur deux continents différents, le FISA Amendments Act de 2008 qui est aussi imposé à l'agence est violée.

Encore une fois, Edward Snowden nous gâte et notre faim est loin d'être assouvie.

A suivre pour le mois de Novembre...

Sources:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire