Traduction

jeudi 19 décembre 2013

Le traité transatlantique: vers un monde privatisé?

On sait déjà que les grandes multinationales bénéficient de certains "passes-droit" dans les pays où ils sont implantés: protections judiciaires, peines très très légères, lobbying intensifs et très faible imposition. En faisant fi de l'environnement, du traitement infligé à certains de ses salariés, elles se sont emparés d'un semblant de pouvoir, faisant la pluie et le beau temps où ça leur chante.




Mais ce pouvoir sera bientôt plus grand et bien réel, via le fameux "traité transatlantique", un accord de libre-échange économique et commercial entre les pays de l'Union €uropéenne et les Etats-Unis d'Amérique. Cet accord tenu au secret depuis bien longtemps (on en fait mention depuis les années 1990) permettrait aux States, du moins aux grosses entreprises, d'avoir plus d'influence dans l'U€, comme c'est déjà le cas avec les pays asiatiques, via l'accord de partenariat transpacifique. Le libéralisme sera de plus en plus standardisé et deviendra la norme économique entre les Etats signataires de cet accord. 

Cela rappelle bien évidemment ACTA (Accord Commercial Anti-Contrefaçon) et son successeur, le CETA (Accord Economique Commercial Global), où des hommes d'affaires privés veulent imposer leurs règles et leur façon de gérer l'économie à tous les pays du globe, en faisant fi des lois régissant les nations. Dans le cas du Traité transatlantique, ce pouvoir de contourner les lois sera non seulement bien réel, mais en plus légal! O_o 

Je m'explique: si un Etat signataire comme la France refuse par exemple l'implantation d'un McDo dans un beau coin de paysage ou si l'Espagne refuse qu'Areva exploite une petite mine d'or, ces entreprises PEUVENT poursuivre ces Etats au nom de l'intérêt économique par le biais d'un tribunal indépendant. J'ai parlé de tribunal indépendant? Car les tribunaux nationaux ne seront en aucun cas mêlées à ces affaires! Les articles de loi du futur traité transatlantique mettront en place des tribunaux indépendants de toute Justice nationale, mis en place exclusivement pour trancher les différents litiges entre les investisseurs ou grosses entreprises et les Etats mis en cause. 

Cela est déjà arrivé dans certains pays:

  • Au Salvador, le gouvernement avait refusé qu'une entreprise canadienne exploite ses mines d'or, non sans une certaine pression populaire. L'entreprise canadienne poursuit le Salvator en justice et réclame 315 millions de $ pour perte de profits futurs.
  •  En Argentine, le gouvernement a gelé les factures d'eau et d'électricité au vu des grosses factures réclamées par les entreprises privées gérant ces ressources. Celles-ci ont réclamé à l'Argentine 1 milliard de $ d'indemnités et ont eu gain de cause, car l'Argentine a eu l'outrecuidance d'aider son peuple.

Et bien d'autres encore, et cela arrivera chez nous et partout dans l'U€ si le traité passe. Et avec la pression exercée par la Commission €uropéenne (encore eux), il aura toutes ses chances d'être ratifié, car nulle question de faire un référendum, le peuple est bien trop stupide pour de tels accords, il ne comprendrait rien, faut laisser faire "la crème des humains, qui savent tout". Encore une fois, on a bien la preuve que la démocratie n'existe pas et que depuis l'instauration de cette U€, on vit dans un super-Etat dictatorial.

A quoi serviront nos tribunaux alors? A rien, car d'après la C€, ils ne sont pas assez impartiaux et n'offrent pas une protection aux entreprises. La C€ mettra donc en place ces fameux tribunaux indépendants où les juges seront des envoyés des multinationales où les Etats auront pratiquement 250% de "chance" de perdre les procès intentés par les entreprises, sans possibilité de faire appel! Et pas question de voir le petit peuple s'immiscer dans ces affaires, si Monsanto veut implanter des OGM, il le fera. Si Big Pharma veut commercialiser un néo-Mediator, il le fera sans que la France bronche. Si Total veut augmenter de 100% le prix de l'essence, il le fera tranquillement, c'est horrible! Et si untel veut procéder à une privatisation forcée des services de santé, il y a de grandes chances pour que ça passe, alors qu'à l'inverse, la nationalisation sera presque considérée comme illégale, donc exit l'idée de récupérer notre eau, nos autoroutes, nos services de télécommunications, voire même la Banque de France!

Au delà de disposer d'un fort pouvoir judiciaire, les entreprises pourront ainsi faire ce qu'ils auraient pu faire via le traité ACTA: imposer ses produits dans la vie de tous les jours, déposer des brevets pour absolument tout. Du coup, ce sont les artisans, les agriculteurs, ou même les petites entreprises de médicaments génériques qui devront soit s'adapter, soit couler, c'est cool ils ont le choix; de ce fait, on peut presque affirmer que les grosses boîtes auront la mainmise sur l'existant: les semences, animaux, toutes les ressources seront à elles, si elles usent bien des nouvelles lois du traité, car elles sont bien évidemment au dessus des lois nationales, au même titre que les lois des traités infâmes de Lisbonne, de Maastricht et de Rome.

Donc qu'est-ce que le peuple attend pour envahir les bâtiments de la Commission €uropéenne, pour prendre s'assaut l'Assemblée Nationale ou même l'Elysée? Il s'agit d'un sujet grave et ce qu'il en découlera si ce traité et ratifié: la privatisation des Etats longtemps prédite. Est-ce bien trop conspirationniste pour les petites gens affalés devant la TV?  

Sources:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire