Traduction

samedi 22 juin 2013

Laurent Louis sur le traité mortifère €uropéen de stabilité

Laurent Louis, ce député belge agissant véritablement pour les citoyens et contre la politique €uropéenne est décidément sur tous les fronts et c'est honorable! Des discours au Parlement, il en a fait une paire, vous pouvez d'ailleurs les voir sur sa chaîne Youtube, mais quand nous voyons son collègue derrière lui dormir, tchatcher avec ses potes, pas sûr qu'il soit attentivement écouté par l'ensemble du Parlement.




La vidéo que je partage concerne cette fois-ci un nouveau traité €uropéen voulant encore plus notre ruine et notre mort: le traité €uropéen de stabilité. Il prévoit, selon Monsieur Louis, une nouvelle mesure pour réduire les budgets des Etats membres de l'Union que nous le voulions ou non. A l'heure actuelle, en France comme partout en Europe, ce sont les gouvernements qui décident des budgets prévisionnels pour l'année suivante, regroupant les dépenses publiques, le remboursement de la fameuse "dette illégitime", les diverses aides aux entreprises; ce traité veut effacer ce qu'il reste de souveraineté aux pays placés sous la coupe de la Troïka.

De ce fait, nous subirons, dès 2018 car le traité impose un délai de 5 ans avant l'application de ce traité, qu'il soit ratifié ou pas, du moment qu'on fait partie de l'Union, de nouvelles coupes budgétaires et les Etats devront réduire les dépenses concernant le domaine public, à savoir la santé, l'éducation, les services publics, les pensions de retraite, les chômeurs; dans le but de réduire la dette car le traité veut imposer aux pays un déficit INEXISTANT! L'idée de base, à savoir d'aider les pays à ne plus essuyer de dettes, est louable, mais la manière d'agir est abjecte! COMMENT peut-on arriver à un déficit de 0%, puisque de une, les traités actuels nous obligent à réduire notre dette publique mathématiquement impossible à rembourser? Et encore, le plus drôle est à venir: si un pays ne respecte pas ses engagements et qu'il a l'outrecuidance d'avoir un déficit existant, une sanction lourde pourra être appliquée  par une Justice €uropéenne, telle qu'une amende à faire pâlir un conducteur en excès de vitesse: des milliards d'€uros, payés par nos impôts encore une fois et que l'Etat devra encore emprunté à taux usuraire exorbitant, la guerre au Mali n'aurait-elle pas assez ruiné la France et les pays entrés en tant que belligérants? La guerre en Syrie ne fait-elle déjà pas assez mal aux Etats membres qui cotisent pour les soi-disant rebelles?

Ce cher Monsieur Louis met le doigt sur plusieurs points sensibles, déjà le fait que le peuple n'a pas à ouvrir sa bouche sur le sujet, que les technocrates et politiques préfèrent les abrutir à coup d'émissions de télé-réalité, voire même à coup de TV tout court; il remet en question le traité de Lisbonne ratifié de force en 2008 suite au NON exprimé par la majorité du peuple en 2005; il remet sur la table le problème grec, qui a déjà subi NEUF plans d'austérité, chacun d'entre eux ayant grossi la dette grecque de manière conséquente et il ne reste quasiment plus rien de la souveraineté de la Grèce, puisque le peuple ne peut pas s'insurger tranquillement sans se prendre des coups de matraque et de gaz lacrymogène dans la figure. L'insurrection est un droit sacré, à la fin, et chez nous, notre ancien Premier Ministre Droopy...François Fillon l'a purement et simplement condamné et réprimé, ça aurait été plus explicite s'il avait obligé les Français à porter des colliers pour chiens.

Si ce traité est ratifié et signé, il ne restera plus rien de notre identité nationale et personnellement j'ai toujours été contre ces conneries d'U€ et de mondialisation, qui tuent un par un les Etats souverains et indépendants. Toutefois, le message passé par certains article du traité sont clairs: les Etats membres devront ratifier le traité dans les 5 ans à venir; il y a donc deux voies possibles et pas des moindres:

  1. Rester dans l'U€, signer le traité de la Mort et regarder les politiques aspirer tranquillement ce qui nous reste d'argent et de dignité.
  2. Sortir de l'U€, sachant qu'on nous montera la tête à coups de pseudo-économistes, alors que c'est la solution évidente pour rester maîtres de notre destin.
Cet article est également un appel à sortir de cet enfer qui ne finira pas tant que la menace "terroriste", "anti-démocratique", "révolutionnaire" et "anti-progressiste" (à savoir, nous, le bétail osant vouloir sortir de l'enclos) ne sera pas enrayée. Cette fois-ci, c'est eux ou nous, et nous disposons de cinq années seulement pour faire quelque chose. Le mandat de notre incompétent de Président se terminera d'ici là en espérant un nouveau départ.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire