Traduction

dimanche 10 mars 2013

Le F.M.I., un accélérateur de ruine.

On en entend toujours parler, mais personne ne sait vraiment à quoi il sert. Le FMI (ou Fonds Monétaire International) est omniprésent à chaque fois qu'il est question des banques, de la politique financière des pays sous leur coupe, des prix et tout ce qui s'en suit. A la base créé pour "le bien" des pays, des ménages et des entreprises, cette institution financière n'est en réalité que le plus gros coupe-gorge jamais inventé, après la FED bien évidemment!




Le FMI a été créé en Juillet 1944 et trouve son siège à Washington D.C., dans le sacro-saint pays de Wall Street, la directrice générale n'est autre que Christine Lagarde, ancienne Ministre de l'Economie de la France, remplaçante d'un autre français bien connu pour ses petites pulsions sexuelles: Dominique Strauss-Khan. Les buts initiaux de cette institution sont de stabiliser les finances du monde, faciliter les échanges commerciaux, lutter contre la pauvreté, stabiliser l'économie et pousser à la création d'emplois. On peut affirmer sans broncher que c'est raté pour ces objectifs-ci.
Alors à quoi sert-il aujourd'hui, puisqu'il intervient partout, surtout en temps de crise? Pour le peuple, à rien car il n'y a pas d'améliorations apparentes malgré les tentatives de nos dirigeants de nous rassurer; mais pour les banksters, les voyous et les pro-ruines, il sert à accélérer le processus de ruine des nations! C'est ce qu'il a tenté de faire en Argentine voilà maintenant 12 ans et il continue à harceler ce pays qui veut juste la paix en son sein, mais qui résiste aux puissances financières tant qu'il peut. 
Dans le contexte de la crise programmée et délibérée actuelle, le Fonds Monétaire International a pour rôle d'aider les nations les plus touchées par ladite crise en leur prêtant des sommes considérables d'argent, qu'il faudra rendre avec des intérêts pour rendre la dette plus grosse et leur ruine plus drôle aux yeux des financiers. Et malgré le nom qu'il porte, le FMI n'est pas un fonds à proprement parler, il n'a aucune ou pratiquement peu de réserves d'argent, puisque l'argent prêté est principalement issu de sommes déjà prêtées au FMI par les grandes puissances économiques, comme la France à taux usuraire bas, très bas...alors que le Fonds prête à taux usuraire faramineux! Une politique de voyous que personne ne dénonce, encore une fois! 
Et pire encore: les pays sont pratiquement forcés de prêter ces sommes au FMI, la France par exemple ne pouvait-elle pas prêter directement à la Grèce en 2008 à taux nul? Mais non, il faut passer par l'antichambre du diable! Autre question en suspens: comment la France a-t-elle obtenu une telle somme, à savoir 50 milliards d'euros qu'on ne reverra jamais? Simple encore une fois: des banques commerciales, dont j'ai déjà parlé dans un précédent article, avec un taux usuraire exorbitant. 
Je rappelle au passage qu'au sein de l'Union €uropéenne, il existe une Banque Centrale €uropéenne normalement chargée de faire ces prêts, mais un certain article 123 du traité infâme de Lisbonne empêche les Etats-membres de recourir à cette BC€ ou à leurs Banques Nationales, tout a été calculé pour que les Etats (créditeurs ou débiteurs) s'endettent à milliards envers un petit groupe de banksters sans aucune morale. Encore plus drôle, le FMI peut directement emprunter à la BC€ car non soumise aux traités européens et à taux nul au cas où les nations autrefois créditrices ne peuvent rien faire, mais il est si drôle d'endetter jusqu'au sang. Pour finir la parenthèse sur la BC€, il faut rappeler que celle-ci et le FMI sont en étroite collaborationentre eux et avec la Commission €uropéenne concernant la politique financière de l'Union, formant la fameuse Troïka, les malfaiteurs les plus dangereux du Vieux Continent! Alors je ne parlerai même pas de l'étroite relation existant entre le FMI et la FED, ça se passe de commentaires tellement c'est simple à comprendre...

Le FMI agit aussi comme une agence de notation, sauf qu'il surveille de près les politiques financières des Etats-membres du FMI, il peut en l'occurrence prendre des sanctions en cas de manquement aux obligations ou en cas de politiques incompatibles avec le mode de pensée du FMI, très orwellien comme pouvoir, ma foi. Quiconque défie le FMI verra son visage plongé dans un bain de sang tâchant déjà les billets verts de la FED, l'Argentine en fait déjà les frais car hors de question que la "maladie grave et contagieuse de Buenos Aires" se propage chez les autres. Encore une fois, et comme toujours, seul un soulèvement massif peut mettre fin à une telle dictature financière, et il y aura du boulot.

Je vais conclure avec une petite anecdote concernant le FMI, s'il ne stocke pratiquement pas de devises internationales, il faut bien, en cas de crise majeure, qu'il dispose de quelque chose, et ce quelque chose, c'est la réserve gigantesque d'or alors qu'il a stocké durant des années. De plus en plus de gens soupçonnent le FMI se posséder l'or appartenant auparavant aux Etats mais aussi celui que Nicolas Sarközy avait vendu au cours le plus bas alors qu'il était encore Ministre du Budget. Et puis à quoi lui sert cet or sachant que plus aucune devise du monde n'est calé sur l'or depuis 1973? Il faut avouer que cela mérite réflexion.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire