Traduction

jeudi 7 mars 2013

2008: Pourquoi Sarközy aurait dû être destitué?

Pas plus tard qu'hier, on apprend que Nicolas Sarközy de Nagy-Bocza reviendrait dans la politique "contre son gré" ou "par devoir", Dès la première seconde où il déclarait arrêter la politique, mon sourire se dessinait et je ne pouvais pas m'empêcher de me moquer de lui. Je ne comprendrai jamais les quelques 27% de Français qui ont voté pour l'ancien IIIème Empereur de France en 2012, sachant qu'il a ruiné le pays, qu'il s'était mis à la botte des Allemands et des Américains, qu'il mouille encore maintenant dans des affaires plus que douteuses, mais bon passons. 




Outre les affaires nationales ou internationales qui le mettent actuellement à bas, comme l'affaire des rétro-commissions, l'affaire Béttencourt ou encore l'effroyable affaire Karachi où il mériterait la pendaison sur la place publique; ce que beaucoup de gens ne savent pas, c'est qu'il a acquis en 2008, en tant que Président de la République, le statut de traître à la Nation. Oui, je sais, cela peut paraître extrême vu comme ça, mais c'est vrai.
Qu'est-ce qui définit un traître à la Nation? Tout simplement quelqu'un qui va contre les intérêts de son propre pays et contre l'avis de son peuple, mais quand je parle de l'avis du peuple, je parle de celui exprimé par les urnes de manière légale et démocratique. Pour mieux illustrer mon propos, il faut remonter 3 ans en arrière, le 29 Mai 2005.
C'est la fameuse date où le peuple s'est exprimé en votant "NON" à 55% au projet de Constitution Européenne, absolument toutes les personnalités politiques célèbres, les journaleux, les pseudo-experts avaient tenté de bourrer le crâne du peuple pour qu'ils votent "OUI" parce que "C'est bien, c'est une voie ouverte à la Modernité". Ah la Modernité, on peut faire passer tout ce qu'on veut avec ce prétexte fallacieux, comme la fameuse loi Pompidou-Rothschild, et on ose nous parler de démocratie en mettant en place une propagande médiatique et politique qui a quand-même réussi à toucher 45% des votants au référendum. 
La Constitution ayant été refusée par la majorité des Français, elle aurait dû être enterrée à tout jamais, mais c'était sans compter sur le lobby européaniste et les élites voulant à tout prix imposer cette européanisation à tous les pays de l'Union, le gré ne passant pas, ce sera par la ruse. 
En 2007, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocza accède au pouvoir suprême de l'Etat et fiche un bazar monumental durant son mandat, ce n'est qu'en 2008 qu'il montre qu'il n'en a rien à faire du peuple et de ce qu'il dit, qu'il fait ce qu'il veut et qu'il applique ce que ses supérieurs directs veulent imposer. En février plus exactement, la France ratifie le traité déjà signé en 2007, et il faut savoir que ce "mini-traité" comme l'a qualifié l'ancien dictateur français est une version remastérisée de la Constitution Européenne refusée 3 ans plus tôt, englobant par la même occasion les traités de Rome de 1957 et de Maastricht de 1992, tous deux assassins des nations souveraines. 
Cette ratification a été faite par Sarkö himself, ce qui fait de lui le traître à la Nation par excellence, car il a passé outre l'avis du peuple en 2005 en approuvant la Constitution déguisée, une véritable dictature! Depuis 2005, vous remarquerez qu'aucun référendum n'a été fait depuis car les élites savent que le peuple est un rempart à leurs projets et que de toute façons, ce qui ne passe pas par la voix du peuple passera par la voix des traités, pourquoi s'embêter? On me dira que c'est rien du tout, mais si, un président ne doit jamais faire quelque chose contre l'avis du peuple et Sarközy aurait dû être destitué du pouvoir pour le simple motif suivant: "Est allé à l'encontre de la Démocratie", enfin, si une telle démocratie était mise en place. On a beau dire dans les livres que la France est un pays libre et blablabla, mais il n'en est rien quand on ouvre un oeil sur ce qui se passe.
Le traité de Lisbonne n'a jamais été médiatisé contrairement à son semblable de 2005, le secret est toujours l'allié de nos élites et cela a bien marché, ce mini-traité a rajouté des laisses supplémentaires et nous rappelle que nous sommes soumis à la Troïka et à l'élite mondiale et notre ancien représentant a voulu de cela, que demande le peuple?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire