Traduction

vendredi 15 février 2013

La FED se paye la tête de ses opposants figurant sur les billets.

Dans cet article, je vous raconterai en même temps un bref résumé de chaque personnalité figurant sur les billets américains en circulation, tous imprimés par la Réserve Fédérale (FED). La grande majorité d'entre eux, à une exception et demie, ont été des opposants farouches aux banksters depuis l'indépendance des Etats-Unis en 1776, il est capital de savoir que la guerre d'Indépendance avait quelque chose à voir avec la politique bancaire de la City à Londres.

Billet de 1 dollar


Le tout premier Président des Etats-Unis, George Washington, figure sur le billet le plus imprimé par la FED. Non content d'être franc-maçon assumé, il a également permis la construction de la First Bank of United States 1791, la fameuse banque centrale dont tous les banquiers privés rêvaient de voir sur le sol américain, lors d'un débat houleux entre le héros Thomas Jefferson, secrétaire d'Etat et le crapuleux Alexander Hamilton, secrétaire du Trésor et envoyé de Londres. Il fut également à la tête de l'armée révolutionnaire contre les britanniques colonisateurs.


Billet de 2 dollars


Thomas Jefferson, tout premier secrétaire d'Etat sous Washington et 3ème Président des Etats-Unis. Il est le tout premier opposant au projet de Banque Centrale américaine et devient donc l'adversaire d'Alexander Hamilton. Il a eu raison quant au sort réservé à la nation américaine si une telle banque venait à naître: inflation et déflation à outrance, dépressions, paniques bancaires et j'en passe. Lors de son mandat, il refusa de renouveler la charte de la First Bank of the United States en 1811 mais dû le faire en 1816 à cause de la guerre Américano-britannique de 1812 provoquée par les Anglais, sous l'impulsion de Nathan de Rothschild, banquier et homme d'affaires puissant contrôlant la Bank of England (Banque d'Angleterre) à Londres.


Billet de 5 dollars


Abraham Lincoln, 16ème Président des Etats-Unis et figure emblématique de l'anti-esclavage, ce qui lui a permis d'accéder à la présidence. Il dut lutter contre l'armée Confédérée lors de la guerre dite de Sécession, composée d'Etats soutenant l'esclavage. En manque d'argent pour financer la guerre, il refusa d'emprunter à taux d'intérêts élevés et fit imprimer des Greenbacks, billets verts ayant cours légal, ce qui attisa la colère des banques privées. Des lois anti-Greenbacks étaient élaborées, mais Lincoln exprimait sa volonté de ne pas les promulguer, ce qui provoqua son assassinat cinq jours après la fin de la guerre civile par un homme sympathisant de la Confédération: John Wilkes Booth.


Billet de 10 dollars


Alexander Hamilton, tout premier secrétaire du Trésor des Etats-Unis, mais également représentant américain des banksters londoniens. Il fut pour la création de la première Banque Centrale américaine, la First Bank of the United States et obtint gain de cause grâce à des arguments foireux tels que : "Toutes les transactions internationales se font par la dette", mais il n'aura pas la chance de sourire suite à la création forcée d'une nouvelle charte de banque centrale pour la Second Bank of the United States. Sa mort est moins connue, mais il semble qu'il soit décédé suite à un duel de pistolets perdu en 1804 contre Aaron Burr, alors vice-Président des Etats-Unis de Thomas Jefferson.


Billet de 20 dollars


Andrew Jackson, 7ème Président des Etats-Unis et fervent soutien de Thomas Jefferson lors de la réunion du Congrès pour la construction d'une banque centrale. Il fut également Gouverneur militaire de Floride mais lors de sa présidence, il était moyennement populaire car il était pour l'esclavage et il promulga une loi pour déporter les indiens d'Amérique à l'ouest de l'Etat fédéral. Surnommé Old Hickory, il s'opposa au renouvellement de la charte de la Second Bank of the United States en 1836 tout comme Jefferson, et s'il n'a pas essuyé de guerre de la part de la City, il a failli être assassiné par un envoyé de Londres un an auparavant mais les armes de l'assassin s'enrayèrent au bon moment. Vainqueur de la banque, il annonça que c'était son plus grand accomplissement, ces quatre mots sont d'ailleurs gravés sur sa pierre tombale: "I KILLED THE BANK", référence au veto de 1836.


Billet de 50 dollars



Le Général Ulysses S. Grant, 18ème Président des Etats-Unis et commandant de l'armée de l'Union contre les Confédérés lors de la guerre de Sécession. Grand ami et soutien d'Abraham Lincoln lors de la politique à mener pendant le conflit mais aussi contre les banquiers assoiffés de pouvoir. Il fut connu pour avoir donné le droit de vote à toutes les minorités ethniques et pour avoir arrêté les membres du très obscur Ku Klux Klan. Aucune tentative des banques de reprendre le contrôle des finances américaines n'a eu lieu, tant mieux...pour l'instant.


Billet de 100 dollars


Benjamin Franklin, 6ème Président de Pennsylvanie et l'un des fondateurs notoires des Etats-Unis lors de la déclaration d'indépendance de l'Etat fédéral face à l'ancien colonisateur britannique. Avant la guerre, la colonie américaine prospérait pendant que l'Angleterre croulait sous les dettes malgré son statut de puissance européenne, il livra le secret d'une telle prospérité aux journaux anglais sur place: une monnaie locale, créée sans le moindre intérêt, clé pour une nation heureuse. Ceci mit le feu aux poudres et l'Angleterre riposta en faisant voter une loi interdisant la monnaie locale et imposant l'argent-dette anglaise, qui était dès lors très peu en circulation. La colère des colonisés américains commençait avec cette restriction.


On peut traduire ça soit par un grand hommage rendu par les partisans de la FED à l'encontre de ses opposants, mais aussi de son idole qu'est Alexander Hamilton, ou au contraire, soit par une moquerie aggravée des dirigeants de la banque centrale à l'encontre des vrais héros des Etats-Unis (hormis Hamilton toujours, seul vrai héros aux yeux des banksters). On peut constater à travers ces lignes que les banques, il y a deux siècles, ne reculaient déjà devant rien pour obtenir le contrôle absolu d'une nation. on en viendrait presque à oublier la sombre affaire de l'assassinat de John F. Kennedy ou de la très méconnue tentative d'assassinat contre James Abram Garfield, 20ème Président des Etats-Unis, opposant aux banques et n'ayant gouverné que 6 mois...

2 commentaires:

  1. La FED, banque privée qui n'a de fédérale que le nom, se paye la tête de ses opposants;
    Ces temps-ci elle ne fait qu'imprimer des dollars, en veux-tu en voilà !

    C'est dramatique et impressionnant, combien les milliardaires juifs se foutent de nos gueules !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout depuis que le dollar n'est basé que sur lui-même et rien d'autre, la stratégie de la FED pour créer ses crises reste la même: hyperinflation et hyper contraction de crédit et ce qui me désole c'est que le peuple américain ne soit au courant de rien, l'ignorance est le meilleur ami de ces banksters!

      Supprimer